Nombre total de pages vues

samedi 21 novembre 2015

Calendrier de l'Avent

Voici le prototype du calendrier de l'Avent que nous allons fabriquer en classe cette année. J'ai trouvé le modèle en farfouillant sur Pinterest.
Je l'ai réalisé vite fait à la pause de midi. Je n'ai pas pris le temps de le décorer davantage. Je pense qu'on pourra l'améliorer avec des paillettes et autres gommettes brillantes!


Le nez-carotte du bonhomme de neige est monté grâce à une attache parisienne et pivote de manière à suivre le cours des jours qui restent jusqu'à Noël (donc, à reculons de 24 à 1) ou au contraire suivre le calendrier (de 1 à 24 dans ce cas.)

Nous avons, en classe terminé la phase de choix des couleurs et traçage de toutes les formes à l'aide de gabarits. La phase de découpage est bien entamée (ouille mes doigts! Surtout pour les franges des 25 écharpes....) et nous pourrons commencer dès lundi l'assemblage et le décor...

Photos de nos œuvres dès qu'elles seront achevées! Ça va être super beau et l'ambiance en classe est déjà festive!!

Merci de votre visite et bons préparatifs de Noël à vous!!



mardi 20 octobre 2015

Un mot des titres, version "fleur"

Pour ce mois-ci, le mot choisi pour le challenge de Calypso, "un mot, des titres", était FLEUR.
J'ai pu télécharger sur ma liseuse un vieux roman de Michel Zévaco:

FLEURS DE PARIS
Afficher l'image d'origine
Bon, voilà le mot "fleur" au pluriel!

Michel Zévaco est bien connu pour avoir écrit la série des "Pardaillan" dont j'ai lu un ou deux tomes étant plus jeune. J'avais adoré ces histoires de cape et d'épée où se mêlent intrigues romanesques et Histoire de France. Ce sont des romans très instructifs, notamment sur la période des guerres de religion...

Me voici donc revenue à cet auteur et à l'un de ses tous derniers romans... Qu'allais-je y trouver?

Eh bien tout d'abord, une tout autre époque, bien plus récente, que je n'ai pas pu déterminer avec précision, mais qui me semble plutôt être du début du siècle dernier car on y parle de téléphone et de voitures à moteur...
Comme son titre l'indique, l'intrigue se passe à Paris! Différents quartiers de la ville, surtout Montmartre et Neuilly y sont décrits.
Les personnages sont innombrables (au point qu'on s'y perd parfois un peu!) et pour couronner le tout, certains d'entre eux portent des surnoms, des noms d'emprunt (pour dissimuler leur vraie identité), voire les deux... Ce qui fait qu'on a un peu de mal à savoir qui est qui...
L'histoire se déroule essentiellement dans le milieu de la pègre parisienne de l'époque: de nombreux personnages sont des bandits ou des assassins... Il n'y a pas vraiment de personnage principal, mais le destin de tous est intimement lié et toute action de l'un entraîne des répercussions sur tous les autres. 
Ce livre est donc une suite d'actions-réactions pour assouvir des vengeances, sauver l'être aimé des manigances des uns et des autres, se re-venger et ainsi de suite, jusqu'à un dénouement où certes les "méchants" sont punis, mais pas qu'eux, hélas...
Quant à nos "fleurs", il s'agit de quatre jeunes filles au coeur pur: on pourrait les trouver attachantes ou exemplaires de vertu si elles n'étaient pas d'une naïveté déprimante frôlant parfois la niaiserie... Bien sûr, tout est une question d'époque, de nos jours, les filles ne croient pas tout ce qu'on leur raconte... Mais là, on se demande comment on peut être si "cruche"!
Bref, trahisons, vengeances, amours passionnels, complots et manigances, assassinats, morts qui ne le sont pas (eh oui! c'est complètement abracadabrantesque et plus qu'improbable parfois!), sauvetages in-extremis, haine violente... voilà les ingrédients de ce roman! Cela aurait pu être haletant, plein de suspense...

Mais non! Car tout cela est extrêmement compliqué, emberlificoté, à tel point que l’auteur est parfois contraint de proposer des résumés dont la complexité témoigne de l’enchevêtrement des événements.

Pour ma part, je ne me suis pas forcément régalé, même si, par moment, je n'ai pas vu le temps passer.
Le fait qu'il n'y ait pas de personnage principal empêche de "s'attacher" à un héros (même si j'ai un faible pour le "gavroche" du roman: Zizi Panpan!). Je suis un peu déçue de n'avoir pas retrouvé l'enthousiasme éprouvé lors de la lecture des "Pardaillan"... La lecture de cet ouvrage n'est pas forcément aisée car il regorge d'argot (vu le milieu dans lequel ça se passe) et il n'y a pas de traduction! Il faut laisser faire l'implicite... ce qui aboutit parfois à des confusions: suriner, la rousse, un pante,... (= tuer à coups de couteau (le surin), la police, un bourgeois). Faut s'y connaître en langage familier!!
Les situations sont tellement improbables que je n'ai pas réussi à "me mettre dedans".

Pour en terminer avec ce bouquet de fleurs, il va vite faner et ne restera pas dans mes annales...
Ce n'est pas grave, il y a tellement d'autres livres!!

Quel est le mot pour la prochaine fois?  

lundi 7 septembre 2015

Fière de ma chérie!

Voici le travail accompli par ma p'tite chérie (12 ans) pour faire plaisir à ses amies:
ce sont 2 jolis marque-pages réalisés aux Promarkers, selon une idée toute droit sortie de sa tête!! Pas de copie, pas de modèle, tout est création originale!
Chapeau bas Mistinguette! Je suis très fière de toi! Photos!





dimanche 6 septembre 2015

Une tarte à la tomate


Prenez:
  • un rouleau de pâte feuilletée et étalez-le au fond d'un moule. Recouvrez-le d'un peu de moutarde après avoir piqué le fond.



  • Parsemez de gruyère rapé.



  • Recouvrez de tomates en rondelles.



  • Déposez des tranches de mozzarella. Puis sel, poivre et herbes de Provence.



  • Et hop! Au four pour une vingtaine de minutes!



C'était très bon! Et pas compliqué!


mardi 1 septembre 2015

Un mot des titres: APRES

Me voici de retour sur le challenge de Calypso "un mot, des titres", avec le mot "après" cette fois-ci.
Je n'ai pas eu besoin de chercher bien loin car dans mes étagères trônait un roman de Guillaume Musso intitulé "Et après".
Je l'ai donc choisi tout d'abord par facilité, mais aussi parce que c'est un auteur que j'ai découvert récemment avec le roman "L'appel de l'ange" que j'avais beaucoup aimé. J'ai donc voulu me replonger dans "l'ambiance Musso"...

Nathan est un jeune avocat américain issu d'une famille modeste qui toute sa vie a lutté pour gravir les échelons. Il est maintenant parvenu au sommet de sa carrière, il est riche, renommé... et divorcé, car son travail acharné l'a petit à petit éloigné de sa femme, Mallory. Ils se connaissent depuis l'enfance et elle lui doit la vie puisqu'un jour, plongeant dans un lac où elle allait se noyer, Nathan l'a sauvée.. mais lui est mort cliniquement. Il est entré dans le tunnel lumineux de la mort imminente mais en est finalement revenu.
Lorsqu'il rencontre un étrange docteur, sa vie bascule: ce médecin prétend qu'il est capable de savoir qui va mourir bientôt et il le prouve à Nathan. Il est un "messager" dont le rôle est de permettre à ce qui vont s'éteindre de mettre "leurs affaires" en ordre avant le dernier jour. Nathan, ébranlé, pense que ce médecin est venu pour lui annoncer sa mort prochaine. Il décide de tout faire pour retrouver, avant la date fatidique, l'amour de sa femme, qu'il n'a pas cessé d'aimer.
Mais Nathan n'est pas revenu du tunnel lumineux par hasard... et l'on découvre sur la fin du livre quelle mission lui incombera désormais... Celui qui doit partir n'est évidemment pas celui qu'on croit...


Que dire de ce livre? C'est bien la première fois qu'aussi peu de mots me viennent pour donner mon avis sur un roman...
Tout d'abord, j'ai voulu éviter les innombrables livres parlant de la vie APRES la mort (quand j'ai fait une recherche sur le net des livres ayant ce mot dans leur titre, je ne trouvais que ça!) et malgré tout, c'est quand même un roman qui en parle!! Donc raté!
De plus, ce livre nous promet "une histoire d'amour et de suspense, une course vers l'inconnu qui se lit avec la gorge nouée mais l'envie irrésistible de tourner la page pour connaître la suite." Ce n'est pas vraiment ce que j'ai éprouvé.
En fait, ce livre me laisse tout bonnement indifférente. Je n'ai pas eu de ressenti particulier en le lisant, ce fut une lecture assez neutre... ce qui pour moi est très décevant. Peut-être n'étais-je pas dans le bon état d'esprit lorsque je l'ai lu, peut-être n'ai-je pas compris toutes les subtilités de l'histoire...
Toujours est-il qu'il ne restera pas dans mes annales...

Et vous qui l'avez lu? Qu'en pensez-vous?

Rendez-vous pour la prochaine session avec le mot "fleur".

Quant à moi, je propose le mot "danse" pour une prochaine fois!

dimanche 23 août 2015

Chaud devant!

Pour Noël, (retard bientôt rattrapé je vous le promets!) j'avais fabriqué ces gants pour attraper les plats sortant du four. Ils ont été offerts avec un livre de recettes (gratins ou gâteaux)! Hyper fastoches à faire et bien rembourrés pour ne pas se brûler!


Matelassage maison...


et légèrement resserrés au poignet pour ne pas les perdre en route!
A refaire, avec, si je trouve, une feuille d'alu pour les isoler encore davantage...

Nicolas et Pimprenelle

Eh non! Malgré le titre de ce billet, vous ne trouverez pas ici les héros de la série "Bonne nuit les petits".
Simplement, je trouvais que ces 2 prénoms allaient bien à mes deux dernières poupées Waldorf, réalisées elles aussi, spécialement pour l'Allemagne et ses deux petits bouts de chou franco-deutsch: N. et T!

 Frère et soeur

Pimprenelle version coiffée (ne t'étonne pas, Fred, de n'avoir jamais vu le ruban des cheveux: la poupée a été livrée sans, vu que le chat l'a mangé, pendant un bref moment d'inattention... ce sont des choses qui arrivent!)

Nicolas version sage...

et version "doigts dans la prise"!

Gros bisous à vous petits "dresdiens" (on dit comme ça?)

J'aime la galette, savez-vous comment?

J'aime la galette, savez-vous comment?
Quand ... c'est moi qui la fait!!!
D'après une génialissime recette trouvée sur le blog "du miel et du sel", voici ma galette des rois, version brioche bordelaise à la fleur d'oranger. Quel dommage que l'on ne puisse avoir ni l'odeur, ni le toucher par internet, car vous vous seriez régalés... tout comme nous!

En étapes:
Prête à cuire...

cuite... bah oui, je sais, elle a tellement gonflé qu'on ne voit même plus le trou au milieu!!

Regardez-moi cette mie bien jaune (oeufs de mes poules!) et si moelleuse!

La voilà finie et déjà bien entamée!!

Un pur bonheur! Allez voir le blog "du miel et du sel" (lien ci-dessus) tout est parfaitement expliqué. Merci à l'auteur pour son exquis partage!

Van Gogh

J'adore les peintures de Van Gogh! Depuis que je suis ado, c'est mon peintre favori. Il n'en fallait pas plus pour que je le fasse découvrir à mes élèves.
Rencontre avec les tournesols, puis patouille, peinture et crayonnage de 24 "Vincent" en herbe, pour un résultat dont je suis fière:


 Oeuvres collectives (une fleur par élève),
puis une création individuelle pour illustrer le cahier de poésie
(fond à l'encre diluée, puis craie grasse)





                       


Bravo mes petits chouchous! Vous êtes de grands artistes!


Hooouuuuuu! C'est le loup!

Hooooouuuuu! C'est le loup! Mais celui-ci ne mord pas, il est même hyper doux!
Ce n'est pas celui du Petit Chaperon Rouge, ni celui des trois petits cochons. Ce n'est pas non plus celui de Pierre ou celui qui dévora les 6 petits chevreaux (hé oui, le septième était caché dans l'horloge, vous vous souvenez?). Ce n'est pas celui contre lequel se battit la petite chèvre de Mr Seguin, ni celui qui voulait changer de couleur!
Non! C'est tout simplement le loup de Julius, celui que je lui ai cousu avec plaisir et qui habite maintenant près de Dresde...

Voulez-vous le voir? Etes-vous sûrs que vous n'aurez pas peur......?
Ok, allons-y!
N'est-ce pas que je suis mignon?
Je n'ai même pas de dents...

Hého! Ne partez pas à Dresde sans moi....

En allemand, je suis "der Wolf"!

Oh!!! Je ne vais pas voyager seul jusqu'à Dresde!! J'ai un copain... ou peut-être est-ce une copine (toute rose, il y a des chances....) qui va m'accompagner: c'est un ours!! pardon, une ourse! Trop belle!


In Dresden gab es, letztes Jahr, zwei glükliche Kinder!